Son histoire - Sa santé - Son physique - Son caractère - Son entretien - Ses couleurs - Sa sécurité


QU'EST-CE QUE LE CHAT DES BOIS NORVEGIENS OU "SKOGKATT" ?


Son histoire :

Le Chat des Forêts Norvégiennes est sans nul doute un chat hors du commun. D'abord par ses origines "naturelles", la race ayant été sauvegardée, et non créée.
En effet, c'est vers les années 70 que des éleveurs scandinaves ont sélectionné quelques spécimens qui vivaient auprès d'eux, les enregistrant sur un livre des origines, et commençant à les reproduire uniquement entre eux, afin de conserver au maximum ses qualités naturelles. En 1976, il y avait seulement une 10aine de norvégiens qui sont répertoriés, aujourd'hui il est au Top Ten des chats de races.

Le Norvégien est un chat authentique et "écolo" : d'apparence sauvage, il est sain et rustique de par ses origines forestières, bien en poils. Affectueux sans être collant, actif et curieux de tout, il viendra souvent voir ce que vous faites, surtout si vous changez de pièce :-)
Très avenant, il perçoit tout étranger venant à la maison, comme un ami potentiel. Les visiteurs sont séduits par son caractère. Les hommes aiment le norvégien pour sa force, les femmes pour sa douceur et sa tendresse.
Mi-chat, mi-lynx, ce chat a une particularité : il redescend des arbres la tête en bas !!!
Aimant les autres animaux, il s'adapte très bien à son environnement. Eveillé, alerte, sans être agité pour autant, il est profondément confiant et naturellement affectueux. La forme allongée de ses yeux lui confère un charme tout particulier. On le compare souvent à un chat "féérique", tout droit sorti d'un conte pour enfants ...

En effet, il fut souvent aperçu dans les forêts enneigées, apparaissant et disparaissant, laissant un mystère planer ... Il fut dit que ce chat pouvait voir l'invisible, entendre l'imperceptible, atteindre des endroits inacessibles aux hommes, et chasser les trolls :-)

Dans la mythologie scandinave, il est associé à l'amour et à la spiritualité. L'auteur norvégien Gabriel Scott écrivit en 1912 un livre pour enfants, dont le héros principal n'est autre que "Solvfaks", un norvégien !
Charles Perrault lui-même s'est probablement inspiré d'un norvégien pour écrire le Chat Botté. Toutes les représentations utilisées pour illustrer ou rappeller le conte, dépeignent en effet un Chat des Forêts Norvégiennes, avec sa collerette, sa culotte, sa fierté, sa ruse.

Sa santé :

Grâce à ses origines rustiques, naturelles et non "fabriquées", le chat des forêts norvégiennes est globalement un chat sain, et aucune fragilité particulière n'est à signaler chez lui - ce n'est pas un chat a priori prédisposé à développer des affections respiratoires, rénales, oculaires, etc, contrairement à d'autres races.
Néanmoins, il existe certaines maladies génétiques contre lesquelles les éleveurs doivent se prémunir, par le dépistage systématique et la transparence sur les résultats. Si vous projetez l'achat d'un chaton norvégien, il est bon que vous soyez informés et que vous puissiez choisir en toute connaissance de cause. Sur les pages de mes chats, vous pouvez lire qu'ils sont testés pour la GSD4 et la HCM - qu'est-ce que cela signifie exactement ? Petite explication.

La GDS IV ou glycogénose de type 4 est la seule maladie génétique répertoriée qui soit spécifique aux chats des forêts norvégiennes, et grâce au dépistage systématique et en écartant les sujets porteurs de la reproduction, nous avons l'espoir de l'éradiquer complètement. Elle est due à une anomalie sur un gène responsable de la synthèse du glucose. Ce gène est récessif, donc les chats porteurs ne seront jamais malades : il faut être en présence de deux copies du gène (donc que les deux parents soient porteurs) pour que la maladie se déclare. Quand cela se produit, le chat s'affaiblit et s'atrophie irrémédiablement et meurt avant l'âge de 14 mois. La GDS IV est absolument incurable.
Les éleveurs sérieux s'engagent à ne pas faire reproduire un chat porteur de GDS IV, dans l'intérêt de la race et pour éviter toute propagation de ce gène néfaste. Certains éleveurs qui ont eu la malchance d'avoir des chats porteurs (1 copie), ne voulant pas perdre leur lignée, ont fait une portée avec un chat sain non porteur (dans ce cas, les chatons sont soit sains, soit porteurs, mais pas malades, car ils n'ont qu'une seule copie du gène), ont gardé pour la reproduction un chaton sain non porteur, et ont fait stériliser le parent porteur. C'est une démarche tout à fait honorable et compréhensible.
Nos chats sont tous indemnes de GDS IV, non porteurs. Soit leurs deux parents, soit leurs quatre grands-parents ont été testés indemnes. La transmission de la maladie étant strictement génétique, cela signifie donc que nos chats et leurs chatons ne seront jamais atteints de GDS IV.

La cardiomyopathie hypertrophique ou CMH - en anglais HCM - est une maladie cardiaque qui provoque un épaississement de la paroi interne du ventricule, provoquant peu à peu un "étouffement" du cœur, jusqu'à la mort par arrêt cardiaque. Des traitements existent, et ils permettent de ralentir l'évolution de la maladie, de sorte que certains chats atteints de HCM vivent très vieux et meurent de tout à fait autre chose, mais ils ne peuvent pas guérir. Il faut savoir que les maladies cardiaques sont une cause importante de mortalité chez les chats de toutes races et aussi chez les chats de gouttière, et que seule une échographie cardiaque réalisée par un spécialiste, avec du matériel de qualité, permet de déterminer si votre chat est atteint ou non. Le Skogkatt est loin d'être la race la plus touchée - mais cela ne dispense pas les éleveurs de faire preuve d'une grande vigilance, afin d'éviter la progression de la maladie au sein de la race.
De même, en cas de décès brutal d'un norvégien, il faut absolument le faire autopsier par un vétérinaire spécialisé en cardiologie (celui qui teste vos chats en général), afin de pouvoir confirmer ou écarter la HCM, et donner ainsi l'information aux bases de données qui centralisent tous les résultats. C'est très important pour avancer dans l'éradication de cette maladie grave.
A ce jour, il n'existe malheureusement pas de dépistage par test génétique. Il se fait uniquement par échographie cardiaque ; pour être efficace, il doit être réalisé par un vétérinaire spécialisé avec du matériel de pointe - une échographie "standard" ne permettra d'identifier la maladie que dans les cas les plus graves et les plus avancés. Le dépistage a un coût certain (100 euros par chat, par chez moi), et souvent, il exige un trajet assez long, mais dans l'intérêt de la race, pour que le Norvégien reste un chat sain et sans problèmes, il est important de ne pas négliger ce dépistage.
La HCM est une maladie évolutive, et sa transmission n'est pas encore bien comprise, tant elle est complexe, il convient donc de faire tester ses chats régulièrement, pour vérifier que tout reste normal. A ce titre, une échographie est toujours un diagnostic "instantané", et on ne peut malheureusement pas garantir à 100% qu'un chat testé sain à deux ans le sera toujours à quatre, même si on met toutes les chances de son côté par le dépistage systématique, opéré par des spécialistes. Le fonctionnement de la transmission de la maladie est encore mal connu, c'est pourquoi un chat dont les deux parents sont sains devra malgré tout être testé lui-même. Et c'est aussi pour ça que je fais particulièrement attention à reproduire avec des lignées les plus saines possibles.
Mes chats sont testés HCM régulièrement, c'est-à-dire tous les ans 12 à 18 mois. C'est la seule façon de faire à l'heure actuelle pour être le plus sérieux possible.

De manière générale, je suis vigilante sur la santé de mes chats. Ils sont suivis très régulièrement par mes vétérinaires et je fais de mon mieux pour m'assurer de leur pleine santé.
Les chatons nous quittent avec un certificat de bonne santé établi par notre vétérinaire et s'il y a le moindre doute sur leur état, ils ne quittent la maison que totalement rétablis. Et si vous, de votre côté, vous sécurisez l'environnement du chat pour lui éviter mauvaises rencontres, accidents et maladies, vous lui donnez une alimentation de qualité, vous le vaccinez régulièrement et le déparasitez (vers, puces, etc) régulièrement, vous avez toutes les chances de passer de longues et belles années avec lui :-)

Son physique en détail :

Le norvégien est un grand chat, au corps long et solidement charpenté. Il est haut sur des pattes à l'ossature substantielle, celles de l'arrière étant légèrement plus hautes qu'à l'avant.
La queue, épaisse à la base, doit être aussi longue que le corps du chat. Retournée vers la tête, elle doit atteindre la base du cou. Elle est très touffue et le norvégien aime la porter à la verticale lorsqu'il se déplace.
Son cou est suffisamment long et bien musclé. La tête du norvégien est longue, elle a la forme d'un triangle équilatéral, et présente un profil droit, sans cassure.
Le menton doit être fort et non fuyant. Les oreilles accentuent sa forme triangulaire en la prolongeant sur les deux côtés de la face qui sont planes (sans pinch). Elles sont hautes, larges à la base, bien ouvertes et garnies de poils à l'intérieur comme à l'extrémité où les plumets à la lynx sont recherchés.
Les yeux du norvégien sont grands, bien ouverts et placés légèrement en oblique. Ils ont une expression éveillée.
La fourrure du norvégien est de type mi-long. Le poil est plus long sur le dos, à la queue, à l'arrière des cuisses où il forme des culottes, autour du cou où il forme une collerette et un jabot. Il est double : le sous-poil est très fourni et laineux, le poil de couverture est lisse et imperméable. L'eau pénètre très difficilement à l'intérieur de cette fourrure qui sert d'isolant idéal.

Le norvégien supporte donc très bien de très basses températures et peut vivre dehors toute l'année sans risque. Au contraire, la chaleur des radiateurs ne favorise pas le maintien d'une fourrure développée. Le norvégien a certainement besoin de 3 ans pour se développer complètement.

Toutes les couleurs sont admises hormis le patron siamois et les couleurs chocolat et lilas. On trouve donc des norvégiens unicolores (noir, blanc, bleu, roux, crème), bicolores (ces mêmes couleurs assorties de toutes quantités de blanc), des "écaille de tortue" (noir/roux et bleu/crème) avec ou sans blanc, des "silver tabby" et des "smoke" ( silver non tabby) avec ou sans blanc. Et toutes ces couleurs peuvent habiller un patron tigré, marbré ou tacheté.
Les yeux sont or ou grain de raisin, parfois bleus ou impairs uniquement chez les norvégiens blancs.

Son caractère :

Le norvégien est toujours prêt à venir faire des câlins, à dormir avec vous, à bavarder (il adore s'exprimer), à vous suivre dans vos déplacements. Il est très tolérant avec les autres chats de la maison ou les chiens.

Il serait toutefois ennuyeux d'envisager l'achat d'un norvégien (mâle ou femelle) si vous n'avez pas l'intention de le stériliser ni de délimiter son rayon d'action. Combien d'anciens propriétaires de norvégiens regrettent aujourd'hui d'avoir accordé à leur chat une vie sans contrainte. Un jour ou l'autre, le plus tendre et le plus obéissant des jeunes norvégiens disparaît sans jamais revenir. Arrivé à l'âge de la reproduction, l'appel de la nature aura été le plus fort. La castration des mâles et la stérilisation des femelles sont des mesures de protection indispensables si un norvégien peut sortir à l'extérieur (castré, il n'a plus besoin de vagabonder très loin).
Mais personnellement, je recommande fortement de faire l'investissement de clotûrer convenablement le jardin (cloture + fil électrique), ce qui empêchera les chats de sortir de leur territoire (et les intrus d'y entrer), tout en laissant quelques arbres disponibles pour qu'ils puissent se défouler :-)

Le norvégien est en outre un chasseur hors-pair. Il ne faut pas oublier qu'il y a une vingtaine d'années, la majorité des norvégiens vivaient en totale liberté.
Vivrait-il mal en appartement ? Pas plus qu'un autre dans la mesure où il n'a pas connu dehors. Un chaton élevé à l'intérieur, s'adapte parfaitement à la vie en appartement, à condition qu'il puisse s'exprimer en profitant d'un arbre à chats, et surtout de la présence de son maître auquel il est fortement attaché. Très intelligent, le norvégien est capable d'apprendre toutes sortes de jeux : à cache-cache, à la balle, à chat... et il accepte facilement de marcher en laisse ou en harnais, comme un chien.

Son entretien :

A priori, compte tenu de sa nature rustique, le norvégien n'aurait besoin d'aucun toilettage. Mais c'est un chat à poil mi-long, au sous-poil laineux très abondant. Il subit des mues assez impressionnantes, et ne rien faire serait assez désastreux. Les points faibles du norvégien en période de mue sont les aisselles, l'arrière et l'intérieur des cuisses, les flancs, la collerette et la base arrière des oreilles. C'est là que se forment les noeuds lorsque le poil mort tombe et ce sont donc ces parties qu'il faut surveiller de près, toute l'année et particulièrement à partir de janvier/février. Il suffit de caresser le chat pour réaliser qu'un noeud est en train de se former. Avant qu'il ne soit trop serré, il est possible de le défaire doucement avec les doigts. Après, c'est trop tard et il faut couper ! Vous avez donc tout intérêt à surveiller l'état de la fourrure de votre norvégien régulièrement. Surveiller ne signifie pas brosser et peigner vigoureusement tous les jours. Vous risqueriez de lui ôter inutilement une parrure essentielle : son épais sous-poil. Non, au contraire brossez votre chat doucement, surtout sans arracher si vous sentez une résistance. Ne touchez pratiquement pas à la queue car les poils de la queue qui ne tombent pratiquement pas (ce sont les seuls poils longs qui subsistent en été) mettent un temps fou à repousser et un norvégien sans son beau panache est moins majestueux.

Le norvégien n'est pas plus sujet qu'un autre chat aux maladies. On veillera à lui assurer une alimentation équilibrée et de très bonne qualité, tout particulièrement pendant sa croissance. Il se développe en effet lentement et n'atteint sa maturité physique que vers trois/quatre ans.

La couleur chez le chat norvégien :

Chez le chat des forêts norvégiennes, toutes les couleurs sont reconnues par les diverses associations, avec ou sans panachage de blanc (sauf bien sûr le lilas, chocolat, cinnamon et faon). Mais, à la différence d'autres races, sélectionnées à travers les âges essentiellement pour leurs couleurs, nous trouvons chez le norvégien de grandes différences et nuances dans les couleurs de base, liées certainement à la relative jeunesse de la race.

Chez les brun tigrés (black tabby) la teinte de base peut varier d'un ton très clair (sinon golden ?) vers des teintes beaucoup plus foncées, en épousant entre ces deux extrémités toutes les graduations de couleur possibles et imaginables.

Chez les unis (bleu et noir), les couleurs peuvent là aussi varier du très foncé à une teinte un peu moins soutenue. Certaines lignées de noir présentent d'ailleurs une nuance un peu plus claire la première année, qui disparaît après la première mue au profit d'un noir profond.

Bien sûr, les couleurs les plus franches et les dessins les plus purs doivent être préférés, mais n'oublions pas que chez le norvégien le type et la qualité de fourrure devront toujours être privilégiés par rapport à la couleur (sans oublier le caractère !)

Chez les roux et les dilutions qui y sont liées (crème), là aussi les nuances sont multiples, la fourrure a tendance, suivant les lignées, à présenter un aspect plus sec. Ceci est également souvent le cas pour les silver et surtout les smokes.

Afin d'anticiper ce type de problème, les chats présentant les meilleures textures, soit les "bruns tigrés" et les "noirs", sont systématiquement intégrés dans les programmes d'élevage. Cette démarche induira sûrement l'amélioration globale de la qualité des dessins et coloris, ce qui nous permettra de concurrencer plus sûrement les Maine Coons, souvent impeccables à ce niveau.

Il n'y a pas de règle par rapport au volume de blanc, et à sa répartition sur le corps du norvégien. Tous les panachages sont possibles. De nombreux norvégiens présentent des marquages très originaux et en particulier certains ont été primés ces dernières années.

Le (tout) blanc est une sorte de manteau de couverture, sous lequel peut se cacher génétiquement toutes les couleurs. C'est à travers la lecture du pédigrée qu'une idée sur les couleurs portées peut être émise. La couleur des yeux est variable, bleu ou non, avec la possibilité d'yeux vairons.



Note : toutes les couleurs décrites ci-dessous sont possibles avec ou sans blanc.

Le noir : couleur très intéressante pour l'élevage, souvent liée à une excellente texture de poil.

Le noir non tabby (non agouti) :



Le noir tabby (agouti) :



Le bleu : dilution du noir.

Le bleu non tabby (non agouti) :



Le bleu tabby (agouti) :



Le roux : il est difficile de voir le non tabby (les chats ont des marques de tabby "fantomes" sur le corps)



Le crème : la dilution du roux.



L' écaille non tabby (non agouti) ou tabby : la combinaison entre roux et tâches noires (avec +/- de blanc) ; seules les femelles présentent ce type de coloris. Une couleur très soutenue, lumineuse est ici également recherchée.

Ecaille tabby :



Ecaille non tabby ( = non agouti)



Le bleu crème : la dilution de la couleur tortie.



Le smoke (chez les non tabby) et le silver (chez les tabby) : n'est pas une couleur, mais un effet qui "argente" plus ou moins toutes les couleurs ci-dessus.

De la racine du poil jusqu'à la moitié de la longueur, le poil n'est pas pigmenté. A tous les endroits non protégés de poils de jarre, le blanc apparaît et dessine des contrastes surprenants.
Là aussi, chez le norvégien, tous les smokes ne sont pas identiques et la partie pigmentée du poil varie d'un chat à l'autre.

Le noir silver :



Le noir smoke :



Chez le tabby, nous différencions :

le classic (blotched, dessin en forme de papillon)



le mackerell (tigré)



le spotted (moucheté) : peu représenté chez le chat norvégien

le ticked : encore moins représenté chez le chat norvégien

Voici les differents patrons possibles pour les chats tabby (avec marques)

Pour l'obtention d'une beau tigré, il doit y avoir un bon contraste entre la couleur de base (blanc chez le silver) et le motif dessiné.
Le M sur le front est très typique chez les tabby. Chez le norvégien il faut pourtant tenir compte qu'en période hivernale, quand le Skogkatt est bien en poil, le contraste de couleur est très difficile à obtenir, les poils de jarre ayant tendance à uniformiser l'ensemble du manteau.

Les torties, les bleus crème peuvent également porter des rayures. Dans ce contexte les torties sont appelées par contraction torbies (tortie + tabby)

Comme décrit jusqu'ici, la palette des couleurs du norvégien, avec leurs différentes nuances, est tellement vaste que celui-ci peut présenter des visages et expressions bien différents, tellement différents que le visiteur novice parcourant une exposition féline aura du mal à englober l'ensemble de ces couleurs dans la même race du chat des forêts norvégiennes.
La question " Ah ! ce sont également des norvégiens ? " reviendra souvent, mais pour les amoureux de la race, la couleur n'est qu'une caractéristique comme une autre, l'expression, la morphologie et le caractère devront toujours prendre le pas sur la couleur.

Sa sécurité :

Exemples de balcons sécurisés : ici
Exemple de mon jardin sécurisé : ici